. .

 

.
..
 

 

.les enseignements de YU L'INVIZIBLE
LA VOIE DES TIGRESSES

La connaissance

La connaissance vient au guerrier en flottant,
comme de la poudre d'or fine,
la même poudre qui recouvre les ailes des papillons de nuit.
Ainssi,
la connaissance arrose le guerrier comme une plui de fine poudre d'or sombre.

Le pouvoir repose sur le genre de savoir que l'on possède.
A quoi bon engranger des connaissances?
Elles ne nous aiderons pas lors de notre inévitable rencontre avec l'inconnu.

Toute bribe de connaissance qui devient pouvoir,
a la mort comme force centrale.
La mort donne la touche finale,
et tout ce qui est touché par la mort devient pouvoir a sont tour.

ex : A l’époque, Nassrudin travaillait en tant que passeur. Un jour, il embarqua un érudit dans son bateau. Alors qu’il écoutait attentivement le bavardage du Hodja, le savant remarqua quelques erreurs de grammaire et lui demanda : « Dis-moi, Hodja, n’as-tu jamais apprit la grammaire ? » « Non » « Quel dommage ! Tu as gaspillé la moitié de ta vie » Nassroudin resta silencieux. Après un certain temps il demanda : « Grand Sage, savez vous nager ? » « Non » répondit le professeur. « Quel dommage, vous avez gaspillé toute votre vie…maître, le bateau coule

La mort est ce qui nous pousse à croire. Sans la conscience de la mort, tout est commun et insignifiant.
C'est parsque la mort le traque qu'un guerrier doit croire que le monde est un mystère insondable.
Pour un guerrier, devoir croire de la sorte est l'expression de sont libre arbitre suprème.

(Don Juan :)
" Notre condition d'homme implique qu'il faut que nous apprenions, pour le meilleur ou pour le pire.
J'ai hébergeur WebSiteOut appris à voir, et je te déclare que rien n'est réellement important. [...]
Un homme de connaissance vit en agissant, et non en pensant à agir, et encore moins en pensant à ce qu'il pensera lorsqu'il aura fini d'agir.
Un homme de connaissance choisit un chemin-qui-a-du-coeur et le suit.
Alors il regarde, se réjouit, et rit. Puis il voit et sait. Il sait que sa vie se terminera bien trop tôt. Il sait qu'il ne va nulle part, comme tous les autres. Il sait, parce qu'il voit, que rien n'est plus important qu'autre chose.

Autrement dit, l'homme de connaissance n'a ni honneur, ni dignité, ni famille, ni nom, ni patrie, mais seulement une vie à vivre, et dans de telles circonstances son seul lien avec ses semblables est sa folie contrôlée.

Par conséquent un homme de connaissance entreprend, sue, s'essouffle, et, aux yeux de tous il ressemble à n'importe quel homme.
Mais il s'en différencie parce qu'il contrôle la folie de sa vie.
Rien n'étant plus important que n'importe quoi d'autre, un homme de connaissance choisit n'importe quelle action, et la réalise comme si elle lui importait.
Sa folie contrôlée lui fait dire qu'il attache de l'importance à ce qu'il fait, le fait agir comme si chaque action en avait vraiment, et cependant il sait qu'elle n'en a pas.
Ainsi lorsqu'il a accompli ses actions, il se retire en paix.

Que ses actions aient été bonnes ou mauvaises, réussies ou non, ne le concerne en aucune façon.

" D'ailleurs, un homme de connaissance peut choisir de demeurer totalement impassible, de ne jamais agir, et de se conduire comme si le fait d'être impassible avait pour lui réellement de l'importance; cette attitude sera sincèrement vraie, parce qu'elle sera aussi sa folie contrôlée. "

TEXTE: CARLOS CASTANEDA , LA ROUE DU TEMPS - DESSIN: JJC - COMPOSITION : JADE copyright.

 

 


 
.
   
© 2013 Espace Tai Chi Jade. All rights reserved.
Privacy Policy | Contactez nous